À l’origine, il y a une idée. Une idée qui germe dans la tête de Stéphane Ruscak, pâtissier professionnel et apiculteur amateur. Il la partage avec Jérôme Rolland au cours d’une de ces soirées où on refait le monde… ou on le fait avancer. Une idée de fête populaire et pédagogique… Jérôme propose un nom : Les Abeillades !

Très vite l’idée s’étoffe, prend formes et développement. Cela peut devenir un gros projet. Il faut de solides et motivés partenaires pour le faire vivre.

Le Lycée Agricole Olivier de Serres et ses professeurs Mme Michèle Gilly et Mme Nathalie Martin trouvent le projet enthousiasmant et formateur pour les élèves de la classe de BTS Gestion et Protection de la Nature 1. Dans le cadre de leur formation, les élèves consacrent un après-midi par semaine pendant toute une année scolaire pour imaginer et donner vie à la fête. Pour garantir le sérieux de la manifestation, ils demandent au Syndicat des Apiculteurs Abeille de la Drôme et de l’Ardèche de les accompagner dans ce travail. Après réflexion et observation du travail en cours, le syndicat accepte de donner sa caution à ce qui n’est pas encore Les Abeillades. Les porteurs du projet sont maintenant en route avec les deux créateurs.

La route est longue, il faut d’abord élaborer le concept : que veut-on faire et pourquoi ?

Un rassemblement c’est sûr, pour préparer l’avenir. Au présent. Sensibiliser à l’importance de l’abeille dans notre écosystème, montrer que la biodiversité est essentielle.

D’abord valider le nom auprès des étudiants, Les Abeillades est libre et est déposé rapidement. Donner un visage à ce nom, le rendre visible. Le logo et les affiches sont créés par Jérôme sous le contrôle des porteurs du projet.

Les propositions fusent, les idées foisonnent, il faut des partenaires et une équipe pour porter jusqu’au bout cette fête…

La Fédération de Pêche de l’Ardèche et la Fondation Melvita sont les premiers à s’investir et à investir dans Les Abeillades. Très vite rejoints par le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. Car proposer une manifestation gratuite de cette ampleur implique un budget conséquent. C’est un gros travail pour l’équipe maintenant constituée, et pour les porteurs de projet. Chacun est rassuré par l’écho immédiatement favorable que reçoit cette idée. Et 53 partenaires ont soutenu finalement Les Abeillades. Elles ont trouvé un écrin : le parc de Vals-les Bains grâce à la municipalité.  Le Casino prête ses locaux pour les projections et les expositions. Encore merci à eux tous.

Il faut ensuite construire Les Abeillades. Informer, divertir, rassembler, professionnels, amateurs passionnés et simples citoyens. Au gré des rencontres, le programme s’étoffe, se diversifie, s’amplifie, grossit. Quelle belle fête ce sera !

Et des apiculteurs, normal. Un jardin mellifère pour enseigner le beau utile. Des expos photos pour montrer que la biodiversité est artiste. Une ruche bulle pour la pédagogie en vrai. Un forgeron pour montrer les outils. Des troncs pour des ruches ancestrales. Un murailler pour poser les ruches sur une belle faïsse. Des mini-ruches décorées par les écoles.

Et puis construire des hôtels à insectes, maquiller les enfants. Écouter le professeur Henri Joyeux qui fait le déplacement.

Et des livres pour s’informer. Des écrivains pour présenter leurs livres. Encore des conférences. Un marché pour rapporter des trésors à la maison. Et les pêcheurs, amoureux de la nature pour expliquer l’Eau, à l’origine de tout.

Le projet est complet, l’équipe de gestion s’affaire.

Il faut renforcer les bénévoles pour informer, communiquer, tout installer, donner vie le jour J. Les bonnes volontés affluent, merci. Merci pour votre enthousiasme, vos sourires, vos bras, votre fatigue et votre joie.

Tout s’accélère, la manifestation approche. Quelle sera la météo ? Où sont les stands ? Qui va chercher les pierres à la carrière ? Et les troncs en Lozère ?  Et tout se fait, les cœurs battent plus fort. C’est un gros pari, il ne faut décevoir personne.

Et le jour j-1 arrive, l’avant-première. Deux cents personnes assistent à la conférence d’Henri Joyeux.

Dimanche, soleil, ouf ! Et le fête commence. Les familles arrivent, les sympathisants de la nature, les passionnés d’apiculture. On en attendait trois mille, ils ont peut-être bien été cinq mille… ou bien plus.

Et la gourmandise, la beauté, la curiosité, les sourires, les questions, l’émerveillement, le jeu, la réflexion.

Les bénévoles fidèles au poste, épuisés bien sûr en fin de journée. Les exposants, professionnels ou associations, contents de partager, de montrer. Les enfants, les plus grands, les anciens. Tous ont fait de cette journée un vrai succès. Un succès original. Ni foire, ni simple journée d’information, le pari fou de la fête est gagné grâce à vous tous, qui êtes venus.

Et qui perdurera c’est décidé !

À vos agendas : la deuxième édition se tiendra les samedi 12 et dimanche 13 septembre 2015 au même endroit. Et surtout, dès le week-end prochain, les samedi 4 et dimanche 5 avril 2015, l’API’BRO et le mini festival de musique API’ZIK vous permettront de retrouver l’ambiance des Abeillades, d’échanger ou d’acheter du matériel apicole d’occasion et des outils de jardin.

 

Pin It on Pinterest

Shares